Grandir auprès de parents alcooliques : quelles conséquences pour les enfants ?

Récits d’enfance perturbés, relations familiales fracturées, troubles de confiance en soi, nombreux sont les effets délétères de l’alcoolisme au sein du foyer.

Aujourd’hui, l’addiction à la boisson concerne de nombreux parents belges, une maladie qui affecte aussi la vie de leurs enfants.

Grandir auprès de parents alcooliques  quelles conséquences pour les enfants Scruter les signes sur le visage de leurs parents, vider les bouteilles dans l’évier, surveiller les consommations et trouver les cachettes… Les enfants de parents alcooliques font état d’une enfance bouleversée, marquée par l’alcool.

Ils décrivent un environnement instable, des relations complexes, des sentiments troublés, une maladie à l’énorme impact sur l’entourage.

Encore associé à des moments de convivialité, de fête ou de détente, l’alcool peut avoir des répercussions dommageables sur le consommateur mais également, sur sa famille. 

Selon Sciensano, 14% de la population belge boit de l’alcool en excès, c’est-à-dire plus de 10 unités d’alcool par semaine.

Des enfances marquées par l’alcool

Les troubles alcoolodépendants des parents sont à l’origine de plusieurs difficultés pour les enfants. La première étant un climat familial instable lié à l’anxiété et l’irritabilité de la figure parentale. 

Dans son ouvrage « Les enfants de parents alcooliques« , le médecin addictologue Philippe Michaud distingue d’autres conséquences sur le foyer : « Les difficultés financières chroniques (un tiers du revenu est consacré en moyenne à l’entretien de la dépendance), la négligence des besoins psychiques et/ou physiques des enfants, la violence conjugale ou à l’encontre des enfants, les accidents domestiques ou de la voie publique, les abus sexuels incestueux…« 

Dans le podcast « Mes parents sont alcooliques« , de Radio France, la parole est donnée aux concernés. Ne visant pas à stigmatiser les parents ni à générer de la compassion, ce projet vise simplement à écouter les récits des enfants de parents alcoolodépendants, que l’on entend peu. Julien, 28 ans, raconte :

« Le soir, mon père allait se coucher, assommé par l’alcool, et nous n’arrivions pas à raisonner ma mère, complètement bourrée. Un jour, sur le chemin du retour après un dîner chez des amis, j’ai demandé qu’on s’arrête parce que je voyais la voiture zigzaguer. J’ai pris les clés, j’ai dit « c’est fini, je veux plus. On va se planter ». C’est ce qu’on vit, nous, enfant d’alcoolique, régulièrement.« 

« Ça sent le pastis dans le lave-vaisselle »

Un homme raconte, résolu, au micro de Radio France : « Ça fait bien 20 ans que je sais que ça ne changera pas. Ma mère vit avec maintenant. En quelques secondes, je sais qu’elle est alcoolisée. Je n’ai plus de relations avec elle, c’est sûr. Je n’arrive pas à faire abstraction, quand ça arrive, je n’ai juste pas envie d’être à cet endroit. Ça me touche trop, en fait, ça me remue beaucoup trop.« 

Interviewée par le média français, une femme se souvient d’une après-midi en compagnie de sa mère : « Ça sent le pastis dans le lave-vaisselle. Maman est ivre. Je veux trouver la bouteille qui l’a rendue comme ça. J’ouvre tous les placards, je sais que je vais mettre la main dessus […]. Je vide la bouteille dans l’évier. Je me sens mieux, mais je sais que ça va recommencer.« 

En plus de la tristesse éprouvée, un phénomène courant est l’inversion des rôles parents enfants. Ces derniers se parentalisent et assument parfois la gestion du parent en plus de la leur, mais aussi du foyer.

Se prendre en charge scolairement, cuisiner, protéger le parent en éloignant l’alcool du ménage et se présenter toujours sous son meilleur jour pour éviter les conflits alcoolisés.

Un ensemble de situations qui peut mener à des troubles émotionnels et psychologiques, tels que l’hyperactivité, l’impulsivité, l’agressivité, des retards sur le plan cognitif et scolaire, une baisse de l’estime de soi, la dépression…

Et l’alcoolisme, ça se transmet ?

La consommation d’alcool, à l’origine d’un plaisir ressenti, vient stimuler le système de récompense du cerveau, secrétant de la dopamine. Le risque apparaît lorsque les prises se répètent : habitudes sociales ou besoin de réguler des sentiments négatifs ou positifs (tristesse, anxiété, tension, joie).

L’alcoolodépendance arrive au stade où la consommation n’est plus maîtrisée, et où les individus ne peuvent plus s’empêcher de consommer de l’alcool. L’alcoolisme est une maladie chronique, et non un manque de volonté ou une faiblesse.

Selon le Centre des Addictions Bruxelles Epsylon, l’existence d’une personnalité addictive est un mythe. Processus de normalisation de l’alcool, liens génétiques, réponse au stress… L’addiction est liée à tout un contexte psychologique, affectif, familial, social, professionnel du système dans lequel l’individu évolue.

Relier l’addiction aux gènes reste complexe, puisque le contexte module la vulnérabilité des individus face aux substances et que de nombreux facteurs sont à prendre en compte. 

Peut-on malgré tout dire que l’alcoolisme se transmet des parents aux enfants ?

Dans l’étude « Enfants de parents affectés d’une dépendance : Problèmes et résilience« , les résultats indiquent que « les sujets alcooliques ont six fois plus de chances d’avoir des parents alcooliques que les individus non alcooliques de la population normale, et deux fois plus que ceux provenant d’une population clinique« .

Plus on commence tôt et plus les risques augmentent également : boire avant 13 ans augmente de 47% le risque de devenir un adulte alcoolodépendant.

Grandir auprès de parents alcooliques  quelles conséquences pour les enfants